Nos sites web
Items filtered by date: octobre 2014 - Université des Frère Mentouri Constantine

 Download   arabic article | English article

In 2011, Emmanuel Nnaemeka Nnadi needed help to sequence some drug-resistant fungal pathogens. A PhD student studying microbiology in Nigeria, he did not have the expertise and equipment he needed. So he turned to ResearchGate, a free social-networking site for academics, and fired off a few e-mails. When he got a reply from Italian geneticist Orazio Romeo, an inter­national collaboration was born. Over the past three years, the two scientists have worked together on fungal infections in Africa, with Nnadi, now at Plateau State University in Bokkos, shipping his samples to Romeo at the University of Messina for analysis. “It has been a fruitful relationship,” says Nnadi — and they have never even met.

Published in Articles à Lire
jeudi, 30 octobre 2014 12:34

E-cigarettes: The lingering questions

Download   arabic article | English article

E-cigarettes are touted as a safe alternative to tobacco, but research has been inconclusive. In many respects, the modern electronic cigarette is not so different from its leaf-and-paper predecessor. Take a drag from the mouthpiece and you get a genuine nicotine fix — albeit from a fluid wicked into the chamber of a battery-powered atomizer and vaporized by a heating element. Users exhale a half-convincing cloud of ‘smoke’, and many e-cigarettes even sport an LED at the tip that glows blue, green or classic red to better simulate the experience romanticized by countless writers and film-makers. The only things missing are the dozens of cancer-causing chemicals found in this digital wonder’s analogue forebears.

 

Published in Articles à Lire

 

Download   arabic article | English article

A cold breeze blew off the Antarctic plain, numbing the noses and ears of scientists standing around a dark hole in the ice. Flecks of ice crackled off a winch as it reeled the last few metres of cable out of the hole. Two workers in sterile suits leaned over to grab the payload — a cylinder the length of a baseball bat — dangling at the end of the cable. They used a hammer to chip away the ice and a blow drier to thaw part of the assembly. “Did it close?” asked the winch operator.

Published in Articles à Lire

par A. Mallem

Considérant que les manifestations en matière de formation médicale continue ne sont pas prises en charge par l'Etat d'une part, et d'autre part que celles-ci se passent majoritairement à Alger, le professeur Kardoussi Adel, un allergologue installé depuis 3 ans à Constantine, veut « changer les choses pour les faire évoluer », comme il nous l'a déclaré hier dans un entretien. Diplômé de France, membre de l'académie européenne d'allergologie, membre de la société française d'allergologie et membre du bureau national de l'association nationale des allergologues privés (ANAP), notre interlocuteur nous a fait part de son intention d'amener ces manifestations au niveau de la ville de Constantine. « D'autant plus que cette ville se prépare à accueillir un grand évènement culturel en 2015 ». Et de soutenir que l'allergologie est une activité scientifique autant que culturelle.

Poursuivant son argumentation, ce spécialiste explique que cette pathologie n'est pas isolée dans le contexte des maladies qui sont très répandues chez nous car elle touche à plusieurs autres maladies allant de l'ORL à la dermatologie, à la pédiatrie, à la médecine interne, etc. « Chez nous en Algérie, l'allérgie est devenue un petit peu à la mode, a-t-il souligné. A chaque fois qu'il y a un problème d'éternuement, lorsqu'on a le nez bouché ou qui coule, les médecins se précipitent pour dire qu'il y a allergie. Alors que pour être amené à dire cela il faut un diagnostic scientifique. D'où l'importance de l'exploration de l'allergie. A Constantine, l'allergie est une pathologie fréquente qui touche surtout les enfants. La pathologie chronique fréquente chez l'enfant, c'est l'asthme.

Et dans plus 90% des cas, l'asthme a une origine allergique : allergie alimentaire, allergie respiratoire et allergie dermatologique ». Pour en savoir plus, le Dr Kardoussi nous invita à la journée scientifique qu'il organise sur ce thème à l'université des sciences islamiques Emir Abdelkader de Constantine le 6 novembre prochain. « C'est une manifestation qui s'inscrit dans le cadre de la formation médicale continue et dans l'optique que je viens d'expliquer », dira-t-il en signalant qu'il a tenu à appeler cette manifestation: « Les premières rencontres constantinoises d'allergologie ». Et d'assurer que « ce sera un grand évènement qui va réunir plus de 500 participants qui viendront de tout le territoire national et des communicants qui viendront de toutes les régions du pays ». Dans le futur, éventuellement, ajoutera notre vis-à-vis, la manifestation prendra une tournure internationale et s'étalera sur plusieurs jours. Et c'est ainsi qu'il s'est proposé d'organiser ces journées en collaboration avec le syndicat national des praticiens de santé publique (SNPSP) et l'association nationale des allergologues privés (ANAP), cette dernière prenant en charge le côté scientifique de la manifestation.

Published in La Revue de Presse

par A. Mallem

« A présent, on peut dire légitimement que la crise vécue, durant des années, par le mouvement syndical de la wilaya de Constantine est totalement dépassée. Qu'elle est à présent loin derrière nous », nous a déclaré hier M. Boudjemaa Rahma, secrétaire général de l'union de wilaya de l'UGTA de Constantine, au sortir de la première réunion du tout nouveau secrétariat de l'union de wilaya élu la veille par la commission exécutive de wilaya, en présence de deux membres de la centrale syndicale, le chargé de l'organique M. Hemarnia et Adjabi, chargé de la législation au sein du secrétariat national de l'UGTA. Revenant sur la réunion de la CE du 27 octobre, M. Rahma a indiqué que cette instance souveraine au niveau de la wilaya a élu un secrétariat composé de 6 membres, représentant chacun une union locale. Il s'agit en l'occurrence de MM. Bouarour Abdelmadjid, représentant l'union locale centre, Benhafed Rabah, représentant l'union locale 2, Bilami Hamza, représentant l'union locale 3, Lahnèche Moussa, représentant l'union locale de Aïn Smara, Bensaha Zoheir, représentant l'union locale d'El-Khroub et Zaalani Brahim, représentant l'union locale de Hamma Bouziane. Dans la foulée, ce secrétariat de wilaya s'est réuni hier pour procéder à la répartition des tâches entre ses membres. Et chacun a pris un département. Bouaarour a hérité de l'organique, Benhafed a été chargé de la formation syndicale et de l'information, les conflits sociaux ont échu à Bilami Hamza, à Lahnèche l'action de masses et la solidarité, Bensaha a été chargé de la législation, de l'économie, de la fonction publique et des conventions collectives, et enfin Zaalani a pris le département de l'administration et des finances. Revenant à la nouvelle situation ainsi créée, le SG de l'UW a souligné qu' « il y a désormais une nouvelle ambiance de travail au sein de cette équipe qui peut se prévaloir de la légitimité des urnes. Et je pense que cette légitimité ne peut être contestée par personne parce que tout le monde a participé aux élections des instances de wilaya. Il me reste seulement à lancer un appel à tous les syndicalistes de Constantine de resserrer les rangs pour la réussite des congrès des unions locales qui vont se tenir prochainement qui viendront parachever le processus de restructuration de notre organisation syndicale dans la wilaya qui, grâce à la réussite de son dernier congrès, est revenue par la grande porte au sein du mouvement syndical national ». Interrogé justement sur le programme d'action pour la tenue des congrès des unions locales, M. Rahma a répondu, lors de la réunion qu'elle tenue avant-hier, que la commission exécutive de wilaya a décidé d'installer des commissions pour la préparation des congrès des unions locales qui vont se tenir prochainement. Et la réunion pour l'installation des commissions de préparation de ces congrès se tiendra certainement après le 1er novembre. « Nous allons essayer de faire en sorte que tous les congrès se tiennent d'ici fin janvier 2015. »

Published in La Revue de Presse

par A. Mallem | le quotidien d'oran

Dans le cadre du projet Tempus initié avec la collaboration de l'Union européenne, l'université 1 de Constantine a organisé hier la « première journée nationale sur l'enseignement à distance des travaux pratiques » au campus numérique de l'agence universitaire de la francophonie (AUF), situé à Zerzara au campus Ahmed-Hamani.

Selon les organisateurs, il s'agit de lancer le projet « Science » avec les partenaires étrangers de l'université, en l'occurrence les pays du Maghreb et l'université Bordeaux 1. Dans la pratique, chaque invité doit monter un laboratoire d'E-Sciences dans son pays pour mettre en ligne des cours et des travaux pratiques. En ce qui concerne Constantine, l'université 1 a choisi trois modules : l'électronique analogique, les fonctions principales de l'électronique et l'opto-électronique dans le domaine des cours, des travaux pratiques pour chacun des modules.

Cette journée a été aussi l'occasion de présenter le projet d'E-Lab qui est en cours de montage à l'université de Constantine 1 ainsi que les différentes étapes de la réalisation d'un laboratoire de travaux pratiques à distance. Bien entendu, le projet entre dans le cadre des programmes de coopération avec l'Union européenne lancés pour trois ans en novembre 2012 et qui vont se terminer donc en novembre 2015. Le projet lancé, hier, à Constantine est destiné aux étudiants qui font des masters et des licences en électronique, ainsi que dans le cadre d'un programme de mise à niveau des ingénieurs des entreprises privées et publiques. Sur ce registre, l'université Constantine 1 est engagée dans un partenariat avec une entreprise de l'électronique domiciliée à Bordj Bou-Arréridj.

Conformément au programme de travail arrêté, les participants ont assisté au cours de la séance de la matinée d'hier à la présentation des projets indiqués pour l'enseignement en ligne des cours informatiques, au développement des plates-formes matérielles génériques pour les télés et TPS et ils ont engagé des discussions sur les procédures d'unification des E-Sciences.

Published in La Revue de Presse

par A. El Abci   | le quotidien d'oran

Les travaux de calibrage de l'oued Rummel, menés par la direction des ressources en eau de Constantine, avancent à un rythme appréciable et les tronçons de plus de deux kilomètres de ce cours d'eau dans les environs immédiats de la ville des ponts, seront livrés à la fin de l'année en cours, selon le premier responsable du secteur de la wilaya, M. Hamam, avec lequel nous nous sommes entretenus hier.

En effet et en prévision de la manifestation « Constantine, capitale de la culture arabe en 2015 », le programme de calibrage d'un linéaire total de plus de deux km et d'un coût de 210 milliards de centimes, doit être réceptionné avant le mois d'avril 2015, indiquera-t-il. Et notre interlocuteur de poursuivre que les travaux consistent en le bétonnage, le nivellement et l'adoucissement des berges de l'oued Rummel et aussi de l'oued Boumerzoug, dont l'objectif visé est non seulement de maîtriser le cours d'eau en évitant le phénomène des inondations à répétition, mais également de donner une touche esthétique à l'ensemble pour des considérations touristiques. Ainsi, pour ce qui concerne le premier tronçon d'une longueur de 1,2 km et pour un montant de 110 milliards de centimes, situé en amont de la ville du vieux rocher, dira-t-il, les travaux ont atteint le taux de 85% et le projet sera aisément achevé à la fin de cette année 2014. La deuxième opération de calibrage, à savoir un tronçon d'une longueur de un (1) km, traversant en partie la ville et se prolongeant en son aval, d'un coût de 100 milliards de centimes, le taux d'avancement des travaux y est de près de 50%, dira-t-il, avant de souligner que le rythme de réalisation est plus soutenu et accéléré actuellement, et ce tronçon sera sans aucun doute également prêt pour l'évènement culturel de 2015. Toujours dans le volet calibrage du Rummel, M. Hamam nous fera état du projet qui sera lancé la semaine prochaine relatif au même type de travaux de bétonnage et d'adoucissement des berges desdits cours d'eau sur une longueur de 13 km pour un montant de 15 milliards de dinars, a-t-il tenu à souligner. Et de noter, dans ce sillage, que les travaux de réalisation de ce projet qui a reçu tous les quitus nécessaires (Conseil du gouvernement, dernier Conseil des ministres et du comité des marchés), seront lancés sous huitaine.

Published in La Revue de Presse
mardi, 28 octobre 2014 11:21

Le marché «perdu» de Bellevue

par A. Mallem | le quotidien d'oran

« C'est un projet conçu à l'époque pour doter chaque quartier d'un marché de proximité. Ensuite, les autorités locales l'ont annulé à cause de l'anarchie et les conditions anormales qui avaient entouré l'élaboration de ce dossier, notamment la procédure de versement dans les comptes bancaires des entrepreneurs choisis pour la réalisation de ces marchés. Franchement, à l'heure actuelle, je n'ai aucune information sur la suite qu'a connue ce projet dont je n'ai plus entendu parler. Mais il est certain que beaucoup de jeunes commerçants ont versé de l'argent aux entrepreneurs ». Tel est le contenu de la réponse qui nous a été fournie, hier, par le responsable du patrimoine de l'APC de Constantine à propos du projet, datant de l'année 2000, pour la construction d'un marché couvert au niveau du quartier de Bellevue. A part ce responsable, nous avons tenté en vain de joindre pour avoir, ne serait-ce que des bribes d'informations sur le sort réservé à ce marché « fantôme », ce marché « mort-né », comme l'ont qualifié certains. Et chaque responsable répondait qu'il n'était pas au courant de ce dossier après la succession de trois maires à la tête de la municipalité du vieux rocher.

Pourtant, ceux qui ont versé de l'argent dans les comptes bancaires des entrepreneurs, des jeunes commerçants, qui ne sont plus de cet âge aujourd'hui, sont encore là à attendre la concrétisation des engagements faits par les services de la mairie de construire à leur intention un marché couvert dans le quartier de Bellevue.

«Nous sommes environ 70 qui ont été retenus dans le cadre du dispositif de l'emploi de jeunes et qui avons versé, chacun, 132.000 dinars (treize millions de centimes) en quatre mensualités opérées entre le 24 novembre 2000 et le 20 février 2001. Et cet argent ne nous a jamais été restitué», nous a déclaré hier l'un d'eux, M. Boughazi Fouad, qui s'est présenté à notre bureau en nous révélant cette histoire. Et de nous présenter la copie de la convocation qui leur avait été adressée à l'époque par la mairie de Constantine les invitant à verser au compte bancaire de l'entrepreneur en indiquant son nom, prénoms et le numéro du compte bancaire ouvert dans une banque de la place Si El-Haouas.

«Nous avons suivi la procédure qui nous a été indiquée et versé, chaque mois, les montants demandés sur le compte bancaire de l'entrepreneur, explique notre interlocuteur. Ensuite, nous avons attendu. Au bout de quelque temps, nous avons vu que les premières fondations du marché, à peine sorties du sol, ont été détruites et nous avons commencé alors à douter. Nous avons commencé à faire des démarches pour savoir où en est le dossier. Et nous n'avons trouvé sur notre chemin aucun responsable pour nous éclairer. Les maires qui se sont succédé nous ont déclaré, chacun à son époque, qu'ils n'étaient pas au courant du dossier. Entre-temps, nous avions perdu la trace de l'entrepreneur. Le wali auquel nous nous sommes adressés ensuite, nous avait répondu qu'il n'y a pas de marché à octroyer, mais qu'il a des locaux à vendre. Quel est notre sort maintenant, à qui devons-nous nous adresser pour avoir gain de cause et être intégrés dans l'une des formules commerciales initiées par les pouvoirs publics? Ou, du moins, se faire restituer l'argent que nous avons versé ? Autant de questions dont nous sommes convaincus qu'il est dans notre droit d'avoir des réponses convaincantes et justes », a estimé notre interlocuteur qui était accompagné d'autres jeunes commerçants qui n'ont pas, non plus, obtenu gain de cause.

Published in La Revue de Presse

  إن التحولات الاقتصادية قد أثرت سلبا على النظرة الحمائية للقانون الاجتماعي التي تطورت منذ نهاية الحرب العالمية الثانية (تعميىم الاستفادة من الضمان الاجتماعي لجميع الفئات الاجتماعية، حماية قانونية للعمال في مواجهة سلطات أصحاب العمل).

حقيقة، لم تكن المكتسبات المحققة محل تراجع، ولكن هدف تحسين وضعية التشغيل جاءت لتندمج مع المقاربة التقليدية لقانون العمل القائمة على حماية العمال وتنظيم علاقات العمل.

وبالفعل، وتحت تأثير تطور أزمة التشغيل، لم يعد قانون العمل غير مبال بمسائل البطالة والتطلع للعمل الدائم، إن مجرد الاعتراف الدستوري بالحق في العمل غير كاف، دون رغبة في إنشاء مناصب عمل، يجب على القانون، على الأقل، تشجيع تيسير الالتحاق بالعمل وضمان الاستقرارية فيه والمحافظة عليه في مواجهة بعض الأخطار الاجتماعية.

غير أنه، في الوقت الحالي، يتهم قانون العمل بعرقلة حرية تسير المؤسسات في مواجهة المؤسسات المنافسة المتواجدة في البلدان التي يتيح قانون العمل فيها حرية أكبر، التي تعد إحدى أسباب البطالة.

اذن، تبرز حاجة المؤسسات لإدخال المرونة استجابة للتطورات الاقتصادية ومقتضيات عولمة المنافسة، وهذا تحقيقا لمصلحة الجميع.

وبالرغم من قصور التشريع، هذه المرونة مضمونة باللجوء وبصورة متكررة إلى الأشكال الجديدة للعقود غير الدائمة لتسهيل التشغيل.

وقصد مواجهة قلة التشغيل لجأت المؤسسات و السلطات العمومية إلى تقنيات قانون الأعمال (التعاقد من الباطن، الشركات الفرعية،الخ...)، أو الى تشجيع الأعمال والنشاطات غير الرسمية لاسيما في بلدان المغرب العربي.

الحل المثالي يكمن في ايجاد الطرق والوسائل الكفيلة بحماية العمال ومرونة الاقتصاد، هذا الهدف لا يمكن الوصول إليه إلا عن طريق وضع توازن مناسب بين المرونة والحماية لتعزيز القدرة التنافسية للمؤسسات، وقدرة تكيف هذه المؤسسات وعمالها في مواجهة التحولات التقنية والاقتصادية.

في النهاية، التساؤل المطروح حول معرفة كيف يتأثر القانون الاجتماعي بالتحولات الاقتصادية، وإلى أي حد يكون هذا القانون كآلية في خدمة السياسة الاقتصادية والاجتماعية؟ وبأية طريقة يسمح بالتوفيق بين عدم استقرار قواعده ودوام المبادئ القانونية الأساسية؟

     صور الملتقى

                       

L’université Constantine 1 a abrité les 12 et 13 octobre 2014 l’atelier régional R5 (filières nouvelles et consolidation LMD) intitulé : professionnalisation de l’offre de formation : approche par compétences. L’atelier a été inauguré par le Recteur de l’UC1,  Professeur Djekoun. Plusieurs interventions et ateliers ont été assurés par des spécialistes invités pour l’occasion : ainsi Pr Calas a présenté une communication sur les objectifs et les modalités du séminaire dans le cadre du PAPS –Résultats 5 et la professionnalisation, la diversification et compétences dans le cadre du LMD. A son tour, Pr Cros a présenté un exposé sur l’approche par compétence dans la professionnalisation d’une offre de formation. 

La première journée a connu également la présentation   de deux études de cas : la licence de l’apiculture  présentée par Pr Soloviev et la licence de psychologie présentée par Pr Bertrand puis les intervenants ont enchainé un atelier sur l’identification des compétences transversales. 

La deuxième journée a débuté par des discussions sur la capitalisation des diplômes rénovés et la dimension pédagogique de l’approche par compétence. 

Les participants ont assisté aussi aux ateliers sur les compétences dans les pratiques pédagogiques pour aboutir à la fin à des conclusions visant la construction du référentiel LMD. 

ALBUM PHOTOS 

                   

Page 1 sur 2

Portail de la rentrée Universitaire 2019-2020

Projets Num Doc (Online)

Documentation en Ligne

Système National de Documentation en ligne.


Articles Par Date

« Août 2013 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Rechercher sur le site

En ligne

Nous avons 195 invités et aucun membre en ligne

Université Frères Mentouri Constantine 1

Université Frères Mentouri - Constantine 1 BP, 325 Route de Ain El Bey, Constantine, Algérie, 25017  Téléphone : +213(0)31 81 12 71